Small-screen-header

Blog

Traversée du Cervin, arête du Lion et arête du Hornli

CervinLe Cervin ou Matterhorn fut réalisé en 1865 par l’arête du Hornli. Cet exploit de l'époque fut entaché par une descente dramatique ou plusieurs membres de la cordée chutèrent. La corde cassa et quatre d’entre eux furent emportés dans la face...
Trois jours à peine après cette première ascension, une cordée Italienne réussi l’ascension de l'arête du Lion. Les deux voies normales pour ce sommet emblématique sont ouvertes...
La traversée classique passe par ces deux itinéraires en commençant coté Italien (topo arête du Lion) et en descendant par le côté Suisse (topo arête du Hornli). Les conditions météo ne laissent pas la place à une organisation longtemps prévue à l'avance, il faut savoir être opportun et sauter sur l’occasion dès qu'elle se présente.

Bivouac CarrelEn ce mois de juillet, avec Muriel, nous partons pour notre troisième tentative. A chaque fois, la météo ou les conditions de la montagne nous ont fait rebrousser chemin. D'autres objectifs tout autant sérieux comme la traversée des arêtes de la Meije nous ont permis de mieux se préparer et d'attendre le meilleur créneau. Cette fois sera la bonne, la météo est parfaite et même s'il reste pas mal de neige, Muriel a une solide expérience maintenant. Nous montons dormir au bivouac Carrel, petite construction située sur l’arête même du Lion à 3835m. C'est déjà une bonne journée de montagne pour y arriver, le ton est donné, nous y sommes...L’après midi sera consacrée à faire fondre de la neige pour faire de l'eau, manger, s’hydrater, se reposer et contempler. Il faut également réserver ses places en prévision de la nuit car les places sont limitées et nous ne sommes pas les seuls prétendants au sommet. L'ambiance est bonne, le paysage magnifique, Muriel est en pleine forme, le soleil décline nous arrosant comme à chaque fois de ses couleurs pastels. Nous retardons le moment de rentrer pour contempler encore un peu, puis nous nous glissons dans les couvertures pour une courte nuit.

...Tu dors Mumu? ...non! ...il est 3h, c'est le moment! j'envoie le thé à chauffer. La cabane se réveille doucement, nous ne sommes pas Cervin Arete Du Lionnombreux à partir ce matin, ce sera bien comme ça. En sortant prendre l'air, je vois pourtant des lampes s'agiter non loin de là? Ce sont en fait des Polonais qui rentrent du sommet! Cela fait 24 heures qu'ils sont partis d'ici même, la veille à la même heure...Nous, nous ne reviendrons pas ici, nous traverserons le sommet pour redescendre coté Suisse. Allez, en route, on vérifie une dernière fois que l'on oublie rien, on s'encorde proprement, casque vissé sur la tête. Avant que le jour ne se lève, nous aurons fait un bon bout de chemin jusqu'au Pic Tyndall à 4241m. L'altitude se fait sentir, le froid est piquant mais le rythme estSommet Cervin bon, Muriel est en pleine forme.
La dernière muraille est raide, les crampons crissent sur les échelles et nous débouchons au sommet Italien avec le soleil!
En arrière plan le sommet Suisse que nous allons rejoindre avant d'entamer la descente par l’arête du Hornli. La fameuse voie normale du Cervin, il y a déjà de nombreuses cordées qui montent, qui descendent...il y a ceux qui sont détendus et ce qui le sont moins ! Mais nous on s'en fiche, on vient de l'autre coté, il fait beau on a presque tout notre temps. On passe par la cabane Solvay à 4000m puis l'arrivée au pied de la face à coté de la cabane du Hornli clôture la traversée. Nous passerons la nuit à Schwarzsee avant de rejoindre l'Italie par les remontées mécaniques. Une affaire rondement menée et une forme olympienne de Muriel. Bravo Mumu! Alors, si vous aussi, vous êtes tenté par cette aventure venez voir ici...